Hervé Brunet, Alain Besse et Pierre Lachaud poursuite désob de la baignoire.

Jean Michel Devesne, Luc Dubois, Mathieu Bergeron, exploration de l'affluent Caliméro et du méandre des Poussins jaunes.

Nous filons droit devant jusqu'à la baignoire. C'est alors que Jean Mi et Zit se transforment en poussins jaunes car ils enfilent une combinaison plastique légère jaune fluo du genre anti radioactivité. Après le passage boueux, re-habillés, nous parcourons la galerie de Nadaillac, jusqu'à l'affluent en cours d'exploration. Celui-ci est sacrément boueux, c'est pourquoi je l'ai nommé Caliméro car « c'est vraiment trop injuste ». Arrivés à la base du dernier P7 exploré en juillet, nous dégageons des blocs et réussissons à nous faufiler à la suite du courant d'air, dans l'amont d'un méandre sinueux et actif, de 1 à 1,5m de large, propre et concrétionné. Mathieu force une 1ère étroiture horizontale de justesse, puis une 2ème verticale élargie au marteau, pour monter d'un étage de 2m. Rejoint par Jean Mi, nous poursuivons à quatre pattes sur une banquette jusqu'à un carrefour. En face, encore une étroiture mais plein roc et impénétrable. A gauche, le méandre s'agrandit, 2m de large, et abouti sous une belle cheminée de 20m de haut par 3 et 6m de large, avec un palier à 5m et un autre à 10m. Une escalade sympa en perspective et une trentaine de mètres de vierge effectués... c'est le méandre des Poussins jaunes. De retour à la base du P7, Zit réalise un tir efficace et ouvre l'accès au puits inférieur de 7m aussi. Hélas, après une vasque d'eau et un virage en épingle le méandre vertical se réduit à 20 cm de large sur 4m de haut. Mathieu déséquipe le double P7, la vire et équipe le P5 juste avant qui est bien plus pratique. Au retour les kits étant plombés par la boue, la remontée fut éprouvante. Sortie à 22h30 et arrivée à la maison à 4h du matin après 3h de route et l'omelette chez Jean Mi.

Sacrée journée !

Mathieu.

Afluent Caliméro